Séminaire Essentiel Gestion : « Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin »

Séminaire Essentiel Gestion

Le club de contrôleurs de gestion indépendants se réunit régulièrement pour progresser sur des projets communs. La rencontre du 25 mai 2018 était l’occasion de se pencher sur une étape essentielle du processus de développement : la formalisation d’une offre commerciale.

Autour de la grande table de la salle de réunion, un groupe d’experts indépendants qui partage la motivation de proposer leur analyse non plus à une, mais plusieurs entreprises par le biais de prestations sur-mesure.

Les membres de l’équipe, en provenance de différentes régions ont l’habitude de se retrouver au coworking des Gobelins à Paris lorsque leur emploi du temps le permet. Ces journées conviviales sont chaque fois l’opportunité de phosphorer sur des thèmes propres à faciliter le développement de cette nouvelle façon d’exercer leur métier en marge de la zone de confort du salariat traditionnel.

Car si le graal du CDI à temps plein n’échappe pas à l’injonction d’apporter la preuve d’un esprit de synthèse et de justifier la pertinence d’un parcours, se positionner à temps partagé en véritable business partner des PME/TPE, nécessite d’adopter une posture entrepreneuriale et une démarche prospective qui ne va pas forcément de soi.

Chacun en a fait l’expérience (l’augmentation du recours au coaching en la matière en témoigne), pour la plupart d’entre nous, se mettre en lumière n’est pas loin s’en faut chose aisée. Nombreux sont ceux isolés puis résignés qui renoncent à l’exercice malgré une expérimentation qui fonde leur légitimité à franchir les étapes de l’émancipation au travail.

Séminaire Essentiel Gestion 2

Les membres du club Essentiel Gestion se réunissent régulièrement au Coworking des Gobelins

La profession se structure en temps partagé mais doit encore gagner en visibilité

C’est fort de ce constat, que David Bibard créait Essentiel Gestion en 2010 pour fédérer l’élan de professionnels décidés à construire une vision commune de l’emploi et d’une profession à conjuguer au futur.

On pourrait dire du contrôleur de gestion qu’il occupe un poste né spontanément, une fonction finalement récente (40 ans tout au plus) survenue avec la possibilité de créer des algorithmes de pilotage dédiés, tableaux de bords chaque fois inédits à la faveur d’un projet dans ce qu’il a de singulier.

Savoirs jusqu’ici réservé à l’architecture des grands groupes, le métier fait sa révolution et infuse de plus petites structures, notamment des start-up innovantes en quête de leviers de performance. Pour autant peu de dirigeants accèdent au bénéfice d’un regard avisé et extérieur « à la carte », faute d’information sur une profession aux contours mal dessinés tant sa vocation est de s’adapter à une problématique donnée.

Comment dès lors trouver les bons mots pour développer la relation de confiance sur la valeur ajoutée d’une pratique qui bien qu’avérée efficiente reste peu usitée, à fortiori s’agissant de compétences spécifiques ?

Entre le café et la chocolatine, une piste est lâchée en introduction du séminaire : « Ne plus vendre un produit mais apporter une solution à un problème ».

Les bonnes questions avec Hortense Rufenacht

Hortense

Hortense Baumann Rufenacht accompagne depuis 20 ans les plus grandes marques dans la refonte de leur stratégie digitale

Quels sont mes domaines d’expertise ? En quoi mon intervention est-elle plus pertinente face à la concurrence ? Quels sont mes points forts ? Mes axes de développement ?

Associée du groupe Finaxim, Hortense Rufenacht est spécialiste de la Direction marketing et digitale out-sourcée. L’identité de l’entreprise, son image de marque, les valeurs qu’elle véhicule, pour quelle offre, quels produits et vers quels canaux de distribution…L’experte excelle à articuler tous ces paramètres, ensemble de messages émis qui fondent le positionnement et la perception de tout projet, résultante d’une série de questions aussi capitales que complexes dont on ne peut faire l’économie.

En glanant ici ou là les bonnes informations, Hortense conduit chacun par un enchainement de réflexions à établir un diagnostic de son offre, à tracer le canevas de sa future signature.

Venue particulièrement pour cet atelier, Claire exerce le contrôle de gestion depuis 18 ans. Elle confie être en transition depuis un moment : « En 2012, j’ai créé ma structure pour intervenir à temps partagé, mais je n’ai pas pu poursuivre précisément parce-que j’étais trop isolée sur la partie commerciale. Je suis finalement retournée vers le CDI. Après un passage par une start-up, j’ai envie de retenter l’aventure, mais cette fois avec du réseau ».

C’est dit ! Parmi la dizaine de membres du club présents à cette session, de l’avis collégial, cette matinée training s’est avérée profitable à tous, porteurs de projet ou installés, car « L’image d’une entreprise se construit chaque jour » rappelait la coach innovation, option 2.0…

Et pour approfondir : rendez-vous le 23 novembre 2018 toujours au Coworking des Gobelins à Paris : « Installer une offre de service continue avec la courbe d’accélération ».

————————————–

Marie-Victoire Vergnaud

Business Rédactrice

businessplume@gmail.com

Tél.:+33(0)6 81 94 45 28

 

 

Une belle histoire de contrôle de gestion à temps partagé : Focus Home Interactive, la Star Up qui monte !

Focus Home Interactive

Une belle histoire de contrôle de gestion à temps partagé : Focus Home Interactive, la Star Up qui monte !

Carte d’identité

Troisième éditeur français de jeux vidéo après Ubisoft et Gameloft, Focus Home Interactive apparaît comme une “locomotive” du secteur. Car contrairement aux majors, cette PME de 70 salariés ne développe aucun jeu elle-même, elle sous-traite totalement la création aux studios.

En partenaire avisé, elle les accompagne dans le financement, le suivi de production, le marketing et la commercialisation de jeux vidéo à succès. Un modèle économique qui paie (Les jeux édités par Focus coûtent dix fois moins cher à réaliser que les blockbusters) grâce à un catalogue de titres originaux, mondiaux et multiplateformes (Blood Bowl, Tour de France, Wargame, Farming Simulator…) adossés à des budgets de développement maîtrisés.

Résultat : la start-up créée en 2005 est rentable depuis dix ans et son action a quasiment doublé depuis sa mise en Bourse en janvier. L’année dernière, le groupe a enregistré un chiffre d’affaires de 69,1M€ avec 80 % de ventes réalisées à l’international.

Focus Home Interactive

Pour réussir son introduction en bourse et piloter en souplesse ce virage, en ligne avec la constante croissance de l’enseigne, la direction a fait le choix d’externaliser une partie du contrôle de gestion en faisant appel dès le deuxième semestre 2014 à Hélène Defosse : « une as du volant » !

Un expert à la carte

Hélène Defosse est contrôleur de gestion depuis 15 ans. Dans le cadre de la forte croissance de Focus et son entrée en bourse, elle est intervenue (au départ à raison d’un jour par semaine durant 3 mois) pour apporter une bouffée d’oxygène au contrôle de gestion en aidant ce service à mettre en place un tableau de bord sur-mesure. Cet outil stratégique est aujourd’hui mis à jour chaque mois par l’équipe de contrôle de gestion et diffusé au Comité de direction qui affine la production en fonction.

À l’issue de cette première mission, le départ en congé sabbatique d’Adrien (le contrôleur de gestion attitré) conduit Déborah Bellangé, Directrice Financière de Focus, à proposer au pied levé le poste à Hélène à plein-temps. Celle-ci l’occupera 8 mois au quotidien, s’imprégnant totalement de la culture d’entreprise et assurant les clôtures internes, trimestrielles et la clôture annuelle du groupe en relation avec les experts comptables et les CAC.

Dès lors, la confiance était gagnée et à son retour, le contrôleur de gestion a repris son poste sereinement. En parallèle, Hélène a permis à la nouvelle DAF adjoint d’arriver dans d’excellentes conditions, assurant ainsi une intégration réussie !

Le bras armé de la Direction

Cédric Lagarrigue, Président de Focus, est en quelques sortes un visionnaire, un détecteur de talents en matière de nouveaux jeux qui a contribué à propulser Focus dans la cour des grands. En cinq ans, le chiffre d’affaires de l’entreprise a été multiplié par presque 5 et l’effectif a quasiment doublé !

Avec une dizaine de titres lancés par an, le label s’il est innovant n’en est pas moins prudent. Pour atteindre 58% de progression cette année, la direction n’a pas hésité à recourir à l’expertise d’indépendants (Focus a également fait appel à un DRH et un DSI à temps partagé) pour une intervention ciblée et sur-mesure.

DSC_6539

Déborah Bellangé lors de la cérémonie des Trophées du temps partagé (juin 2016)

Lors de la cérémonie des « Trophées du temps partagé » qui récompensait en juin 2016 l’engagement de Focus en faveur de cette nouvelle forme de travail, la DAF Déborah Bellangé soulignait la plus-value apportée par le contrôleur de gestion sur cette période de fort développement, permettant à l’entreprise de se reposer en toute confiance sur un collaborateur externe, « une bouffée d’oxygène, un souffle nouveau grâce à un regard extérieur ».

À présent, les outils mis en place par Hélène permettent à l’éditeur de gérer ses performances sans son intervention. Pour autant, la qualité de la collaboration a induit une confiance qui fait d’elle un interlocuteur désormais privilégié.

Liens Utiles :

Focus Home Interactive

Hélène Defosse

————————————–

Marie-Victoire Vergnaud

Business Rédactrice

businessplume@gmail.com

Tél.:+33(0)6 81 94 45 28

Une belle histoire de contrôle de gestion à temps partagé : Tramar, un poids lourd du transit international au Havre

tramar-2

Une belle histoire de contrôle de gestion à temps partagé : Tramar, un poids lourd du transit international au Havre

Carte d’identité

De la sortie des usines fournisseurs jusqu’aux destinataires, le groupe intervient dans toutes les étapes du transport des marchandises à l’international. Commissionnaire et logisticien, Tramar a développé en 40 ans une expertise métiers qui lui permet de s’adapter aux demandes spécifiques de ses clients en leur proposant des solutions sur-mesure.

À l’import ou à l’export, l’enseigne prend en charge le conditionnement (par lots groupés ou conteneurs complets), l’acheminement (maritime, aérien, fluvial ou routier) et les formalités douanières (grâce à une équipe de déclarants en douane diplômés). La manutention, le stockage et le post-acheminement à l’import sont assurés par la filiale BLD International Logistics qui dispose d’un entrepôt de 42 000m² sur les terminaux portuaires.

Convois d’industries exceptionnels ou simples palettes de cartons, le flux transitaire de Tramar est  représenté dans 515 ports et aéroports à travers 190 pays dans le monde ! L’entreprise est connue sur la plus grande plate-forme de commerce maritime de France…

tramar-1

Le goupe Tramar est aussi spécialisé dans le transport des Colis exceptionnels ainsi que des colis lourds (plus de 35 tonnes)

Lorsque Jean-Louis Le Yondre, le fondateur du groupe, cède sa place à Patrick Maletras fin 2014, le nouveau PDG fait appel Astrid Blondet-Mary, contrôleur de gestion à temps partagé pour gagner en visibilité sur les marges dégagées dans les différents secteurs.

Un expert à la carte

Spécialiste du contrôle de gestion dans le transport maritime, Astrid Blondet-Mary a choisi de mettre à profit sa bonne connaissance des problématiques du secteur (armateurs, commissionnaires, transporteurs), en mode free lance.

En septembre 2013, cette experte du moulinage des chiffres créé sa structure « Stratages », pour aider les PME à piloter leur performance grâce à des indicateurs chiffrés identifiés au cas par cas. Sa première intervention pour Tramar en décembre 2014, consiste à mettre en place les outils de calcul propres à appuyer la stratégie de la direction. En lien avec la spécificité des deux activités principales du groupe : le flux transitaire et la partie logistique qui fonctionnent sur des modèles économiques très différents ; Astrid Blondet-Mary a élaboré des tableaux sur-mesure, qu’elle continue aujourd’hui encore d’affiner à la demande. Reportings, diagnostics d’organisation, de performance…Elle intervient régulièrement depuis deux ans pour identifier avec les dirigeants les leviers de croissance à actionner.

Le bras armé de la Direction

Lorsqu’il prend la tête de Tramar suite à un LBO fin 2014, Patrick Maletras a  bien conscience qu’il quitte un poste spécifique (Directeur d’exploitation en charge des projets industriels) pour passer à la gestion globale d’un groupe qui intervient aussi bien dans les métiers du conseil, qu’en main-d’œuvre pure.

tramar-2

Astrid-Blondet Mary est au cœur de la vie de l’entreprise tout en apportant un regard neuf

« N’ayant pas les moyens d’assumer un temps plein, j’avais besoin de quelqu’un de compétent et d’opérationnel qu’on peut rémunérer à la carte, pour me donner une visibilité en temps réel sur la rentabilité des différents secteurs de l’activité et savoir exactement où on en est ». C’est dans son réseau qu’on lui conseille de faire appel à Astrid, dont il dit que l’intervention est un véritable succès ! En plus des outils qui permettent à la direction de gérer les marges, les charges fixes et d’anticiper l’exceptionnel, Astrid a mis en place un plan de formation. Le nouveau système de management du département administratif a gagné en performance, induisant un gain de temps qui s’est propagé aux autres services.

« À la fois psychologue et force de proposition, partie intégrante de l’entreprise tout en gardant un regard expérimenté, riche de ses autres missions,  Astrid a su être innovante et nous aider à négocier un virage sous le signe de l’évolution » témoigne Patrick Maletras.

Liens Utiles :

Le Groupe Tramar

Astrid-Blondet Mary

————————————–

Marie-Victoire Vergnaud

Business Rédactrice

businessplume@gmail.com

Tél.:+33(0)6 81 94 45 28

Le contrôle de gestion, une fonction utile à toutes les entreprises

logo-media-web

Créé dans de très grandes organisations, le contrôle de gestion reste encore aujourd’hui un métier méconnu et une fonction peu identifiée dans les TPE et PME. Pourtant, pour faire face à la complexité des marchés, améliorer durablement leurs résultats ou encore prendre les décisions au bon moment, toutes les entreprises peuvent profiter de l’expertise d’un contrôleur de gestion.

Le temps partagé… pour faire entrer le contrôle de gestion dans les TPE/PME
Même si pour une TPE ou une PME, embaucher un contrôleur de gestion à temps plein ne se justifie pas forcément sur le plan économique (la charge de travail étant insuffisante), Agnès Robert est convaincue que tous les chefs d’entreprise ont des besoins récurrents en contrôle de gestion et décide de se lancer en indépendant à temps partagé.

« Tous les dirigeants souhaitent pouvoir piloter leur entreprise, qu’elle soit en plein développement ou en difficulté. Or, avec le temps partagé, l’entreprise peut faire appel à un contrôleur de gestion indépendant et ainsi bénéficier de compétences en toute flexibilité par le biais de missions ponctuelles ou récurrentes. La souplesse du temps partagé est un atout qui permettra à terme, au contrôle de gestion, d’être présent dans toutes les entreprises, quelle que soit leur taille. » précise Agnès Robert

Forte de ses expériences diverses et enrichissantes, Agnès Robert propose donc aujourd’hui son expertise en temps partagé aux dirigeants des Pays de La Loire qui souhaitent une visibilité sur leurs finances, leurs marges et leurs résultats.

Pour chaque entreprise, Agnès Robert garantit, avec confidentialité, transparence, réactivité et objectivité, une approche sur mesure :

Compréhension des attentes et des besoins,

Observation du fonctionnement de l’entreprise,

Mise en place d’outils de gestion pertinents,

Intervention sur site.

Lire la suite

Vers un contrôle de gestion plus réactif

Logo Les Echos

Les contrôleurs de gestion ont su se servir des outils numériques pour se libérer du seul reporting et concentrer leurs efforts sur l’analytique.

Leur dénomination a quelque chose de légèrement suranné mais leur fonction, elle, s’est transformée. Habitués à regarder dans le rétroviseur de leur entreprise, les contrôleurs de gestion élargissent leur champ d’action en se servant des données du passé, qu’ils ont l’art de compiler, pour élaborer des conseils stratégiques dont les opérationnels, jusqu’au plus haut niveau hiérarchique, sont de plus en plus friands. « Il est révolu, le temps où les contrôleurs de gestion restaient dans leur bureau, le nez rivé sur leur écran, souligne Annick Delhon-Bugard, directrice du contrôle de gestion de la branche services courrier-colis de La Poste. Aujourd’hui, ils sont, chez nous, pleinement associés aux opérationnels pour accompagner la création des offres que nous lançons pour faire face à la baisse de notre activité courrier. »

Lire la suite

Vidéo de Sophie Felix – Experte en contrôle de gestion

Vidéo Sophie Felix

Sophie nous présente son offre pour accompagner les entreprises en contrôle de gestion afin d’augmenter rapidement et durablement leur profitabilité.

Professionnelle du contrôle de gestion, elle est spécialisée sur les marchés de la distribution, du retail, du négoce et de l’e-commerce.

Sophie Felix, fondatrice de C2G Performance et membre d’Essentiel Gestion.

Voir la vidéo

Anne MAURICE rejoint Essentiel Gestion en Ile de France

Anne MAURICE

Fontenay-aux-Roses, le 30 mai 2016

Après avoir occupé des postes salariés de contrôleur de gestion et de directrice financière, Anne Maurice a quitté le salariat en 2009 pour créer sa propre structure mille et un conseil. Forte de sa polyvalence (elle maîtrise aussi les RH) Anne a choisi de mettre sa vision transversale de l’entreprise à disposition des dirigeants en mode freelance.

Ayant exercé plus de quinze ans dans l’audiovisuel, environnement composé d’un tissu de TPE/PME, le temps partagé s’est imposé comme la solution pour répondre aux problématiques ponctuelles de ses anciens employeurs. À l’écoute et adaptable, Anne est une fine analyste qui sait se montrer force de proposition et porter des projets en concertation. Cette jeune femme dynamique et sportive (outre la boxe française, elle pratique régulièrement la voile et a traversé l’Atlantique en équipage en 2011) conçoit et anime également des formations, illustrant par là son élan à partager les savoirs.

L’arrivée d’Anne Maurice au sein d’Essentiel Gestion étoffe le catalogue de compétences de l’équipe.

Les 3 questions EG à Anne :

  • Pourquoi avez-vous choisi de rejoindre notre équipe ?

En 2009, j’ai monté ma société de conseil avec l’idée d’apporter mon expertise aux PME/TPE qui n’ont pas les moyens d’un poste à temps plein,  je faisais du contrôle de gestion à temps partagé sans le savoir. J’étais ravie de découvrir que je n’étais pas la seule et faire partie d’Essentiel Gestion est une évidence. Cela me permet d’échanger avec mes pairs sur les problématiques clients ou sur les solutions informatiques. C’est rassurant pour moi de pouvoir m’appuyer sur un réseau de contrôleurs de gestion, j’y trouve plusieurs avantages :

– je développe mes compétences grâce aux échanges,

– c’est rassurant pour mon client de savoir que je peux m’appuyer sur d’autres ressources (mutualisation des connaissances et des outils),

– et je suis moins isolée dans ma démarche professionnelle

  • Quels sont vos domaines de prédilection ?

Ma conception du contrôle de gestion c’est vraiment d’être un outil d’aide à la décision. Pour cela, je mets en place des indicateurs de suivi et construis des prévisionnels en collaboration avec la direction et  les opérationnels. Autre domaine sur lequel j’ai souvent travaillé : la trésorerie. Cela passe par la mise en place d’outils prévisionnels et le suivi de la facturation client. Enfin, j’apprécie de travailler sur la dimension stratégique et ai été amenée à construire des business plans. Je suis également formatrice certifiée, cela ajoute une dimension pédagogique à mes compétences.

  • Comment voyez-vous votre métier dans 10 ans ?

Le contrôleur de gestion est à la jointure de 2 mondes dans l’entreprise : la finance et l’opérationnel. Cela en fait un très fin connaisseur du modèle économique et de tous les rouages de l’organisation interne, mais il lui manque très souvent une dimension : l’extérieur. Dans un monde qui évolue très vite, dans lequel la frontière entre interne et externe tend à être de plus en plus floue, cette dimension devient essentielle. L’exemple de Kodack qui malgré sa culture interne de l’innovation a raté le virage du numérique en est une bonne illustration. Le contrôleur de gestion de demain devra développer les indicateurs tournés vers l’extérieur : benchmarking, développement durable par exemple.

http://www.essentiel-gestion.fr/profil/anne-maurice/

Cédric Petit rejoint Essentiel Gestion en Ile de France

Cédric Petit

Fontenay-aux-Roses, le 11 avril 2016

Cédric Petit a 43 ans et 19 ans de Contrôle de Gestion dans l’informatique et l’industrie. Comptable, consultant progiciel avant de prendre en main le contrôle de gestion du groupe Arès,  Il a refondu ce service afin de produire des données fiables pour l’introduction en Bourse du groupe.

En 2007, Cédric quitte Arès et intègre le groupe Econocom pour lequel il mettra en place des P&L par clients pour la filiale Alliance Support Services, et participera à la migration vers SAP ECC5 de cette même entité. Il s’occupe ensuite d’Econocom Services avant le rapprochement avec Osiatis, puis profitera d’une opportunité sur l’activité distribution du groupe pour prendre en charge France Systèmes (1er distributeur Apple) et A2Z (Start up du groupe proposant une offre globale à des PME et TPE : Location/Vente de matériel + Services) avec pour mission de mettre en place le contrôle de gestion dans les normes du métier et du groupe pour ces deux entités. Il participera également à la mise en place de SAP ECC6 pour ces 2 entités.

Depuis décembre, la volonté de Cédric d’accompagner les entreprises à se développer vient renforcer les compétences de notre équipe.

Les 3 questions EG à Cédric :

  • Pourquoi avez-vous choisi de rejoindre notre équipe ?

Lorsque l’on se lance, il est important de ne pas le faire seul. Convaincu que les PME et les TPE ont des besoins dans le domaine de la gestion, mais n’ont ni les moyens ni la charge de travail suffisante pour recruter un temps plein, travailler en temps partagé était une solution idéale. Rejoindre Essentiel Gestion a été pour moi une évidence.

  • Quels sont vos domaines de prédilection ?

Au cours de ma carrière j’ai eu l’opportunité à plusieurs reprises de modéliser et de créer des outils permettant de comprendre la construction du résultat. Ces outils ont permis aux différents dirigeants de prendre des décisions pour optimiser leurs entreprises.

Quand les outils sont en place, il est important de poursuivre l’analyse pour éviter les dérives. C’est aussi l’occasion d’aller plus loin dans la gestion de l’entreprise et de participer à la réflexion sur la stratégie de développement. En effet, si la stratégie est définie par les dirigeants, il n’en reste pas moins qu’il faut pouvoir mesurer les résultats et donc d’adapter les outils.

  • Comment voyez-vous votre métier dans 10 ans ?

A mon avis, il y aura toujours des PME et des TPE qui auront besoin d’accompagnement. Il y aura aussi de nouvelles activités qui demanderont de la souplesse. Je prends du plaisir quand les chiffres que je construis permettent d’améliorer la rentabilité de l’entreprise, il n’y a pas de raison que cela change.

http://www.essentiel-gestion.fr/profil/cedric-petit/

Contrôleurs de gestion et opérationnels, un problème de temps et d’images ?

Yann

Les contrôleurs de gestion sont souvent vus comme des « tristes sires » dont les principales tâches sont la sortie des tableaux de reporting et la réduction des coûts voir des têtes (ref. la BD ci-dessus). Ceux-ci ont pourtant un rôle de co-pilote de rallye qui a un road-book prévenant les différents scénarii possibles et ainsi aide le pilote, roulant à toute vitesse, à tenir la route.

Mais cette vision vient-elle de la mauvaise compréhension ou un mauvais positionnement.

La première des incompréhensions est la notion de temps qui n’est pas la même pour les opérationnels et les contrôleurs d’où parfois des incompréhensions.
Pour le contrôleur le présent n’est qu’une passerelle entre le passé et le futur alors que l’opérationnel est généralement dans l’immédiat, le présent, le moment de l’action.

Lire la suite

Yann Kervennal