Contrôle de Gestion : plaidoyer pour un nouveau champ lexical

CDG 1

Contrôle de Gestion : plaidoyer pour un nouveau champ lexical

Sitôt prononcés, l’association des mots tombe comme un couperet…Et si pour désigner un métier à la croisée des disciplines on troquait l’allusion à la surveillance pour lui préférer la notion de maîtrise ?

Définir le contrôle de gestion est un exercice particulièrement difficile notamment du fait de son apparition et sa croissance finalement assez récentes, mais aussi parce que le concept même est en constante évolution, s’enrichissant sans cesse de la coordination des systèmes d’information.

CDG 1

Dans les années 70, le développement des produits et des services dans une conjoncture en croissance signe une profonde remise en cause du modèle mis en place au début du XXème siècle sur les bases des analyses de Taylor pour mesurer et contrôler la productivité industrielle.

Le contrôle de gestion « deuxième génération » qui apparaît à cette époque, tient alors compte des interdépendances entre les pôles liés à la production : finance, ressources humaines et bien sûr commercial.

Plus récemment, l’exercice de la fonction a de nouveau élargi son spectre, dans le contexte d’une économie qui a vu ces trente dernières années le secteur tertiaire et principalement les services se développer au point d’occuper aujourd’hui plus des trois quarts de la population active française.

Des outils dédiés à l’analyse des coûts et des écarts budgétaires, l’enjeu de la profession s’est progressivement déplacé vers une approche globale propre à définir la stratégie de performance et à piloter la croissance de l’entreprise.

Pourtant, il  semble que quoi qu’ayant prouvé son efficience, le Contrôle de Gestion reste encore aujourd’hui en quête de légitimité car trop souvent perçu dans une interprétation restrictive plutôt qu’appréhendé comme il le devrait, c’est à dire un levier d’aide à la décision grâce à la maîtrise des facteurs clés de la compétitivité de l’entreprise.

À la dimension technique du métier s’est ajouté un ensemble de compétences relationnelles qui prennent de plus en plus d’importance pour interagir de manière pertinente avec les interlocuteurs des services et installer la confiance.

Parmi les axes de réflexion proposés par l’équipe d’Essentiel Gestion pour contribuer à lever les réticences, envisager un nouveau glossaire, changer de vocabulaire, est sans doute une piste à explorer…

Défendre une image positive de la fonction

Contrôle : « vérification portant sur le caractère légal et régulier de quelque chose », gestion : « Mode d’administration de l’entreprise suivant des techniques appropriées afin de dégager un profit ». La connotation des termes utilisés inscrit indéniablement le discours dans le champ lexical, au mieux du garde-fou omnipotent qui viendrait redresser les sorties de route des dirigeants distraits, au pire dans celui de la surveillance voire de la sanction. Rien de très engageant dans cette formulation peu encline à cueillir l’adhésion de managers déjà bien souvent impuissants à cerner avec précision les missions multiples du Contrôleur de gestion.

CDG 2

Jean-loup Ardoin et Hugues Jordan (Professeurs Emérites à HEC Paris et spécialistes du sujet) le martelaient déjà en 1978 dans leur ouvrage commun : « le contrôleur est l’homme qui informe, conseille, facilite la gestion et non pas celui qui vérifie, inspecte et réprimande ».

Or, s’il est admis que le contrôle s’exerce par définition à postériori, nombreux sont les acteurs du métier qui concèdent peiner à convaincre que leur rôle s’inscrit avant tout en amont, dans l’analyse, l’anticipation, la proposition et l’élaboration d’outils au service de l’organisation.

Las d’être perçus comme des procéduriers garants du respect des bonnes pratiques postés en vigie, quelques uns de la génération renouvelée suggèrent l’usage d’une autre sémantique et pourquoi pas d’un nouvel intitulé pour la fonction.

Une idée pas si saugrenue qu’elle n’y paraît de prime abord, si l’on songe que le nom de Contrôleur de Gestion fut officialisé avec la création du « Controllers Institute of America » aux Etats-Unis en 1931, époque révolue où les Ford, General Motors et autres Saint-Gobain régnaient en maîtres sur l’industrie.

Ne devrait-on préférer le mot maîtrise  à celui de contrôle ? Ne devrait-on évoquer plus volontiers le pilotage de la performance, l’optimisation du résultat ? Arguer la vision transversale de ces « partenaires de la croissance » ?

Les membres d’Essentiel Gestion s’interrogent, soulignant que l’ambiguïté de la formulation fait d’autant plus obstacle qu’on intervient à temps partagé, autre concept en effervescence…Yann témoigne faire référence à BART pour éclairer les lanternes : Budget Analytique, Reporting, Trésorerie ; de son côté Hélène évoque la métaphore avec la conduite où le budget fait office de GPS, le pilotage de la trésorerie de tableau de bord et les marges commerciales de carburant ; Alexandra quant à elle suit le CAP : Constat, Analyse, Préconisation…Une façon d’ouvrir une fenêtre sur un métier passionnant, qui se réinvente en permanence.

Vous souhaitez rejoindre Essentiel Gestion ? Le premier club français de Contrôleurs de gestion et de RAF indépendants.

Contactez-nous : sur info@essentiel-gestion.fr !

Contrôleurs de gestion et RAF indépendants : save the Date 7 juin 2019 !

Séminaire Essentiel Gestion

Contrôleurs de gestion et Responsables administratif financiers indépendants : prochain séminaire Essentiel Gestion, le vendredi 7 juin 2019 à Paris.

Séminaire Essentiel Gestion 1

Claire Policieux, Elisa Lirot, Carla Haentjens, Marie-Victoire Vergnaud, Fabienne Bruneau, Béatrice Jouanneau, Héléne Defosse et David Bibard lors du dernier séminaire du 23 novembre 2018

Une journée intense et riche composée de deux temps forts, avec le matin, un atelier sur la formalisation d’une offre commerciale le matin animé par Hortense Baumann-Rufenacht .

Séminaire Essentiel Gestion 2

L’après-midi a été consacrée au retour d’expériences en mission, les prix pratiqués, l’apport des différents réseaux (business ou pas) et les solutions informatiques utilisées.

L’atelier du prochain séminaire du 7 juin 2019 permettra de travailler sur sa stratégie de visibilité et l’usage des outils 2.0 !

Vous souhaitez nous rejoindre ? Ecrivez-nous depuis notre formulaire de contact Essentiel Gestion.

Processus prévisionnel et Intelligence artificielle

grant_thornton_france

Comment se préparer à l’intelligence augmentée ?
La planification connectée est une révolution en cours pour le contrôleur de gestion. Du fait de l’explosion de la quantité de données à traiter, de la nécessité de disposer en quasi temps réel des données mises à jour et de pouvoir réaliser des simulations à la demande, tous les éditeurs d’EPM (Enterprise Performance Management) ont développé des solutions performantes, collaboratives. Cependant elles n’intègrent pas encore véritablement de l’intelligence artificielle.

Lire la suite

Les contrôleurs de gestion se tournent vers l’avenir

Logo Les Echos

Les professionnels du contrôle de gestion cherchent à entrer dans une nouvelle ère, celle du big data et du prédictif.

Sans doute à leur grand dam, les contrôleurs de gestion voient la production du reporting revenir en force dans leur quotidien. Tombée, l’an passé , de la deuxième à la cinquième place au rang des priorités recensées par l’Observatoire international du contrôle de gestion (1), elle retrouve son niveau de 2015, juste derrière l’activité « plan et budget », qui reste numéro 1, et devant les exercices de prévisions/re-prévisions, l’animation auprès des opérationnels et l’analyse des écarts. « Malgré des activités encore très orientées vers la production de données, les activités d’animation et de business reviews progressent année après année renforçant les liens avec les opérationnels et la stratégie », nuance l’étude.

Lire la suite

Partager les savoirs et les bonnes pratiques grâce à la formation

Formation Réseau Entreprendre

Le contrôle de gestion pour apprendre aux opérationnels à lire des indicateurs clés 

Dirigeant d’une grande enseigne de l’habillement ou sociétés de production cinématographique et audiovisuelle assujetties aux redditions de compte aux ayants droit, ils ont choisi la formation pour impliquer les équipes et identifier les leviers de performance.

Le premier représente une marque de vêtements pour enfants qui trône dans tous nos dressings et a souhaité participer à une montée en compétences des collaborateurs face aux nouveaux enjeux. Comprendre comment les pratiques commerciales induisent les données financières et « prendre conscience de l’impact de la gestion du quotidien sur le compte de résultat de l’entreprise », autant d’atouts qui permettent aux différents responsables de l’enseigne d’être au plus près de la rentabilité de leur point de ventes.

Sur un parcours d’une année, 200 collaborateurs d’une enseigne leader de la mode enfant en France, ont pu obtenir un diplôme officiel validant leurs compétences

Formation Réseau Entreprendre

Dans le secteur de l’audiovisuel, il n’y a que les très grosses structures qui sont dotées d’un contrôleur de gestion et la plupart du temps, c’est un administrateur de production ou un comptable qui va établir les redditions de compte. Pourtant, la bonne lecture du reporting financier qui tient compte des règles du code de la propriété intellectuelle et du droit d’auteur, ainsi qu’à la compréhension d’un contrat est un impondérable du métier. Quelle est la part des recettes à venir du film à distribuer aux différents partenaires ?

Traduire un besoin d’information en chiffres pour construire une stratégie commerciale pérenne, savoir lire un tableau de bord simple pour anticiper, tel est l’enjeu du programme de formation en Contrôle de Gestion qu’ont élaboré chacune dans leur domaine, Alexandra Goachet et Anne Maurice.

Des experts à la carte

Fille d’entrepreneurs attachée à créer de la valeur dans l’entreprise, Alexandra Goachet a créé Boomerang Consultant début 2012 pour proposer son expertise en Contrôle de Gestion à temps partagé. Partenaire du cabinet de conseil Capcial (dédié au management et à la formation, le cabinet fondé par Olivier Lavaux est spécialisé dans le luxe), Alexandra a participé à la création d’un parcours certifiant, 100% sur-mesure, destiné à permettre aux collaborateurs d’accompagner les changements stratégiques de cette grande enseigne de mode enfant. En présentiel et en e-learning, elle a formé durant un an les douze directeurs régionaux ainsi que tous les directeurs et directeurs adjoints des magasins de la marque.

Au travers de différents modules d’évaluation, d’animations sur la base de cas concrets, de business game, elle a construit avec Olivier Lavaux une ingénierie pédagogique favorisant les partages d’expérience et l’ancrage des bonnes pratiques.

Au terme de la formation, des tableaux de bord pertinents pour chacun tout en répondant aux besoins de reporting attendus par l’entreprise ont été mis en place et plus des deux tiers des 295 participants ont obtenu un diplôme validant leurs compétences en commerce, gestion et management.

Alexandra Goachet 1

Alexandra Goachet

Que se passe t-il derrière l’écran de cinéma ? Anne Maurice est une experte en reddition de comptes aux ayants droit

Après 10 ans dans une société de production de programmes audiovisuels et de films de cinéma, Anne Maurice se met à son compte en tant que DAF et contrôleur de gestion à temps partagé et fonde « Mille et un conseil ». Elle aussi formatrice certifiée pour adultes, elle partage avec Alexandra le goût de transmettre, la richesse de l’échange qui permet aussi « de prendre du recul sur ses propres pratiques » dit Anne.

L’obligation de reddition de comptes est une clause juridique figurant dans tout contrat stipulant un intéressement sur les recettes générées par un film. Il s’agit même d’une obligation légale concernant la rémunération des auteurs, réalisateur, scénaristes, compositeurs, acteurs et agents… Or « appréhender les éléments constitutifs de la reddition des comptes en lien avec les spécificités des contrats et le code de la propriété intellectuelle, n’est pas si aisé » explique Anne.

En 2009, elle construit en association avec le cabinet Axiane formation, un programme d’une journée, à l’issue duquel les professionnels du cinéma sont à même de construire la trame d’un outil de pilotage qui intègre minutieusement l’ensemble de la chaîne des ayants droit.

Anne Maurice 1

Anne Maurice

Satisfaction client

La direction du groupe de mode qui compte 320 boutiques en France désirait voir ses équipes gagner en autonomie et intégrer des techniques de vente efficaces. « Par l’intermédiaire de la formation élaborée pour nous par la cabinet Capcial, nous avons pu mettre en place les nouveaux tableaux de bord et les rendre opérationnels en moins de deux mois » atteste le directeur commercial.

Alexandra confirme : « Cela a permis de démontrer que la connaissance de l’environnement accompagne toutes les prises de décisions commerciales, management et financières au quotidien et conduit les participants à savoir définir les indicateurs pertinents pour mieux anticiper les impacts des plans d’actions au niveau financier ».

Côté industrie du cinéma, l’une des plus florissante en France, Karen Willemsen témoigne : « Juriste Cinéma et Audiovisuel de profession, j’ai bénéficié d’une formation « Redditions de comptes » avec Anne Maurice. Elle a su s’adapter à mes besoins en m’apportant des connaissances techniques d’une façon claire et synthétique. Cet appui technique me sera très utile dans le cadre de négociations de contrats avec nos partenaires ».

Liens utiles :

Alexandra Goachet : http://www.boomerangconsultant.fr/

Anne Maurice : http://www.milleetun-conseil.com

—————————————————

Marie-Victoire Vergnaud

Business Rédactrice

businessplume@gmail.com

Tél.:+33(0)6 81 94 45 28

Une belle histoire de contrôle de gestion à temps partagé : Tramar, un poids lourd du transit international au Havre

tramar-2

Une belle histoire de contrôle de gestion à temps partagé : Tramar, un poids lourd du transit international au Havre

Carte d’identité

De la sortie des usines fournisseurs jusqu’aux destinataires, le groupe intervient dans toutes les étapes du transport des marchandises à l’international. Commissionnaire et logisticien, Tramar a développé en 40 ans une expertise métiers qui lui permet de s’adapter aux demandes spécifiques de ses clients en leur proposant des solutions sur-mesure.

À l’import ou à l’export, l’enseigne prend en charge le conditionnement (par lots groupés ou conteneurs complets), l’acheminement (maritime, aérien, fluvial ou routier) et les formalités douanières (grâce à une équipe de déclarants en douane diplômés). La manutention, le stockage et le post-acheminement à l’import sont assurés par la filiale BLD International Logistics qui dispose d’un entrepôt de 42 000m² sur les terminaux portuaires.

Convois d’industries exceptionnels ou simples palettes de cartons, le flux transitaire de Tramar est  représenté dans 515 ports et aéroports à travers 190 pays dans le monde ! L’entreprise est connue sur la plus grande plate-forme de commerce maritime de France…

tramar-1

Le goupe Tramar est aussi spécialisé dans le transport des Colis exceptionnels ainsi que des colis lourds (plus de 35 tonnes)

Lorsque Jean-Louis Le Yondre, le fondateur du groupe, cède sa place à Patrick Maletras fin 2014, le nouveau PDG fait appel Astrid Blondet-Mary, contrôleur de gestion à temps partagé pour gagner en visibilité sur les marges dégagées dans les différents secteurs.

Un expert à la carte

Spécialiste du contrôle de gestion dans le transport maritime, Astrid Blondet-Mary a choisi de mettre à profit sa bonne connaissance des problématiques du secteur (armateurs, commissionnaires, transporteurs), en mode free lance.

En septembre 2013, cette experte du moulinage des chiffres créé sa structure « Stratages », pour aider les PME à piloter leur performance grâce à des indicateurs chiffrés identifiés au cas par cas. Sa première intervention pour Tramar en décembre 2014, consiste à mettre en place les outils de calcul propres à appuyer la stratégie de la direction. En lien avec la spécificité des deux activités principales du groupe : le flux transitaire et la partie logistique qui fonctionnent sur des modèles économiques très différents ; Astrid Blondet-Mary a élaboré des tableaux sur-mesure, qu’elle continue aujourd’hui encore d’affiner à la demande. Reportings, diagnostics d’organisation, de performance…Elle intervient régulièrement depuis deux ans pour identifier avec les dirigeants les leviers de croissance à actionner.

Le bras armé de la Direction

Lorsqu’il prend la tête de Tramar suite à un LBO fin 2014, Patrick Maletras a  bien conscience qu’il quitte un poste spécifique (Directeur d’exploitation en charge des projets industriels) pour passer à la gestion globale d’un groupe qui intervient aussi bien dans les métiers du conseil, qu’en main-d’œuvre pure.

tramar-2

Astrid-Blondet Mary est au cœur de la vie de l’entreprise tout en apportant un regard neuf

« N’ayant pas les moyens d’assumer un temps plein, j’avais besoin de quelqu’un de compétent et d’opérationnel qu’on peut rémunérer à la carte, pour me donner une visibilité en temps réel sur la rentabilité des différents secteurs de l’activité et savoir exactement où on en est ». C’est dans son réseau qu’on lui conseille de faire appel à Astrid, dont il dit que l’intervention est un véritable succès ! En plus des outils qui permettent à la direction de gérer les marges, les charges fixes et d’anticiper l’exceptionnel, Astrid a mis en place un plan de formation. Le nouveau système de management du département administratif a gagné en performance, induisant un gain de temps qui s’est propagé aux autres services.

« À la fois psychologue et force de proposition, partie intégrante de l’entreprise tout en gardant un regard expérimenté, riche de ses autres missions,  Astrid a su être innovante et nous aider à négocier un virage sous le signe de l’évolution » témoigne Patrick Maletras.

Liens Utiles :

Le Groupe Tramar

Astrid-Blondet Mary

————————————–

Marie-Victoire Vergnaud

Business Rédactrice

businessplume@gmail.com

Tél.:+33(0)6 81 94 45 28

Le budget à l’ancienne, c’est fini !

Logo Les Echos

En fonction de leur degré de maturité, les entreprises amendent un exercice réputé lourd et chronophage. Sans pour autant l’abandonner.

Telle une éternelle rengaine dont on est un peu lassé, le budget revient chaque année occuper plusieurs semaines, voire plusieurs mois, le quotidien des entreprises. Si, dans l’esprit de certains, le temps est venu de se passer d’un exercice « obsolète avant d’être terminé », la plupart des sociétés n’envisagent pas de le supprimer mais font tout pour l’alléger et l’adapter à un environnement économique en perpétuel changement. La preuve par quatre.

PERNOD RICARD : un levier de cohésion
Jeter le budget aux orties ? « Impossible, répond, tout de go, Jean-Baptiste Briot, directeur du contrôle financier de Pernod Ricard. Pour nous, il s’agit d’un exercice clef permettant de définir les objectifs de l’exercice à venir. Sans lui, difficile de prendre des décisions d’investissement ou de désinvestissement et de faire des choix avisés d’allocation de ressources. »

Lire la suite

02/12/16 à 12h00 – Webinar : Contrôle de gestion à temps partagé : une solution qui marche !

teaser-webinar-2-decembre

Vous êtes chef d’entreprise, DAF, avez-vous pensé à la solution du contrôle de gestion à temps partagé?

 

 

 

Nous avons le plaisir de vous inviter au webinar « Le contrôle de gestion à
temps partagé : une solution qui marche! » organisé par Essentiel gestion.

A partir d’exemples de missions réalisées, vous découvrirez comment en
quelques jours par mois, un contrôleur de gestion peut vous aider à
améliorer votre rentabilité, votre trésorerie, vous aider à prendre vos
décisions et vous permettre de gagner un temps précieux.

Venez poser vos questions lors de ce webinar, nous vous répondrons en
direct : le vendredi 2 décembre de 12h00 à 12h45.

Pour vous inscrire >> https://ma-visioconference.diva-cloud.com/register/mdv3hoq/56684

teaser-webinar-2-decembre

Le contrôle de gestion et financier à temps partagé

logo-le-portail-du-temps-partage

Quel dirigeant ne cherche pas un moyen d’améliorer sa rentabilité immédiate et de concrétiser son développement ?

« Ce qui n’est pas mesuré ne peut être géré » pourrait-être la devise du Contrôle de Gestion dont le champ d’action touche tous les aspects de la performance d’une société.

Véritable expert des chiffres qu’il décline à l’envi, le contrôleur de gestion les analyse et les maîtrise, n’hésitant pas pour ce faire à cueillir l’information tout autant du haut que du bas, ce qui lui confère une vision transversale de l’entreprise et de ses enjeux. En étroite collaboration avec la direction, il identifie les indicateurs pertinents et met en place le tableau de bord qui permettra de suivre les écarts avec la situation visée.

Qu’il s’agisse des statistiques commerciales, frais de structure, gestion des marges, choix des investissements, son acuité lui confère une position charnière dans l’entreprise. Loin de se contenter d’allumer des voyants, ce coordinateur de la performance adapte en permanence les outils d’évaluation aux objectifs, fournit un reporting mensuel et produit des plans prévisionnels propices à la prémunir des risques.

Lire la suite

Vers un contrôle de gestion plus réactif

Logo Les Echos

Les contrôleurs de gestion ont su se servir des outils numériques pour se libérer du seul reporting et concentrer leurs efforts sur l’analytique.

Leur dénomination a quelque chose de légèrement suranné mais leur fonction, elle, s’est transformée. Habitués à regarder dans le rétroviseur de leur entreprise, les contrôleurs de gestion élargissent leur champ d’action en se servant des données du passé, qu’ils ont l’art de compiler, pour élaborer des conseils stratégiques dont les opérationnels, jusqu’au plus haut niveau hiérarchique, sont de plus en plus friands. « Il est révolu, le temps où les contrôleurs de gestion restaient dans leur bureau, le nez rivé sur leur écran, souligne Annick Delhon-Bugard, directrice du contrôle de gestion de la branche services courrier-colis de La Poste. Aujourd’hui, ils sont, chez nous, pleinement associés aux opérationnels pour accompagner la création des offres que nous lançons pour faire face à la baisse de notre activité courrier. »

Lire la suite