Indicateurs de pilotage pourquoi faut-il en mettre en place ?

cropped-logo-boomerang-2016_v3

Ou comment utiliser les données de son bilan et les éléments faisant la réalité de l’entreprise pour les transformer en informations utiles et lisibles à la décision.

Comprendre les comptes de son entreprise
Tous les dirigeants ont besoin de comprendre leur bilan. En indiquant cela, il n’est pas question de maîtriser les logiques et mécanismes comptables qui relèvent de la compétence de votre comptable. Par contre, il s’agit de traduire votre bilan en élément propre à la gestion quotidienne de votre activité.

Chaque année, vous obtenez votre bilan et compte de résultat. Pour certains, on vous remet également le tableau de financement, les soldes intermédiaires de gestion et l’annexe comptable.

L’ensemble doit vous permettre de savoir en quoi la situation de votre entreprise à changé entre deux années fiscales ? Quelles ont été les variations significatives dans votre activité ? Comment votre trésorerie a-t-elle évoluée ?

Cependant ces informations ne sont qu’une lecture à un instant « T » d’une situation correspondant à une année écoulée. Il est important de toujours les mettre en perspectives avec les réalités économiques immédiates afin de maîtriser tout dérapage éventuel.

Lire la suite

Le contrôle de gestion lève enfin le nez du reporting

Logo Les Echos

Si les contrôleurs de gestion disent se soucier de la digitalisation de leurs entreprises, ils restent très attachés à Excel pour leurs activités quotidiennes.

C’est une inversion de tendance qui devrait soulager plus d’un professionnel : après des années d’augmentation , l’Observatoire du contrôle de gestion (1) note une diminution du temps accordé par les professionnels de la matière au reporting, au profit de davantage de prévisionnel – 31 %, en progression de 2 points – et de contrôle interne.

De façon générale, l’implication stratégique de la fonction de contrôleur de gestion semble se confirmer à travers les pages de l’étude. Plus de 7 fois sur 10, le contrôleur de gestion est aujourd’hui associé aux études économiques, au contrôle de gestion des projets, ainsi qu’aux prévisions de trésorerie, du moins dans les structures les plus petites. « Au fur et à mesure que la taille de l’entreprise augmente, la spécialisation des tâches peut limiter le domaine d’intervention du contrôleur de gestion », relativise l’étude. De nouveaux domaines d’intervention sont apparus : les contrôleurs de gestion sont notamment impliqués dans les travaux de fusions & acquisitions et, même si ce n’est encore que très faiblement, dans le reporting du développement durable. Autre domaine largement sous-traité, la gestion du risque. « Nous constatons que le temps accordé à cette tache reste encore trop faible et qu’il faudra que le contrôleur de gestion y accorde plus de temps à l’avenir », estime l’étude.

Lire la suite