Projets de pilotage de la performance : le succès passe aussi par la méthode agile

mod-7452306

En 2015, 80 % des entreprises étaient dotées d’équipes pratiquant l’agilité. À titre de comparaison, elles n’étaient que 35 % entre 2012 et 2014 (1). Pourquoi une telle évolution ? Le fondement de l’agilité repose sur le constat que de nombreux projets informatiques échouent pour cause de non-respect des délais, des coûts ou du cahier des charges. L’évolution permanente des besoins clients impose de repenser des modèles trop rigides. Les marchés actuels impliquent une gestion en temps réel et une forte réactivité. Mais l’agilité est-elle pour autant adaptée à tous les types de projets et en particulier aux projets de pilotage de la performance ?

Si les cycles de développement classiques d’un projet EPM (management de la performance de l’entreprise) étaient auparavant assez longs – de quelques semaines à plusieurs mois – les clients souhaitent désormais voir des résultats tangibles dans des délais réduits. De nouvelles solutions, nées avec Internet et la démocratisation du Cloud, apparaissent régulièrement et promettent des délais d’implémentation jamais vus précédemment.

En tant qu’intégrateur, il est indispensable que nous nous appropriions cette nouvelle donne tout en nous adaptant aux demandes de nos clients.

Les limites des projets classiques

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *