Yann Kervennal renforce l’équipe d’Essentiel Gestion en Ile de France

Yann Kervennal

Fontenay-aux-Roses, le 9 novembre 2015

Yann Kervennal, habite Orly. Il a 44 ans et 15 ans de Contrôle de Gestion dans la restauration et l’hôtellerie. Après une belle expérience chez Servair (3ème acteur mondial de la restauration et des métiers de la logistique du transport aérien), il intègre un hôtel de la marque Accor et bascule progressivement vers le siège, où il accompagne notamment la création de la marque Pullman (plans d’action, analyses PNL…). Son dernier poste l’a conduit à assurer la mise en place du contrôle de gestion opérationnel du groupe Buffalo, durant 5 ans.

En mai dernier, toujours en poste au sein de la chaîne de steak-houses, Yann contacte Essentiel Gestion, car il nourrit d’autres aspirations. La stratégie des gros groupes, segmente l’exercice de son métier, qu’il souhaite mettre en valeur grâce à une vision transversale. Depuis septembre, l’implication de Yann vient compléter l’éventail des compétences de notre équipe.

Les 3 questions EG à Yann :

• Pourquoi avez-vous choisi de rejoindre notre équipe ?

Désireux de me lancer dans le temps partagé, il me semblait important de rejoindre un groupe qui avait une expérience dans le domaine afin d’avoir une référence pour mes futurs clients. Cette référence dans le métier est importante pour la confiance que nous devons apporter.

• Quels sont vos domaines de prédilection ?

Le contrôleur de gestion se doit d’être un virtuose des chiffres. Il faut savoir les lire, les comprendre, les mettre en perspective et surtout ensuite, en tirer des analyses permettant de trouver les axes d’amélioration de performances.

De part ma dernière expérience, j’ai aussi beaucoup travaillé sur la formation auprès des opérationnels.

• Comment voyez-vous votre métier dans 10 ans ?

Mon médecin me dit toujours que lorsque l’on a une maladie chronique il est parfois bon de voir d’autres docteurs car les symptômes peuvent cacher d’autres maladies. Le temps partagé permet cela aux entreprises à coûts maitrisés : avoir divers yeux extérieurs sur leur gestion et ainsi pouvoir améliorer les résultats.

Le gain économique et la souplesse du temps partagé sont des atouts qui permettront au contrôle de gestion de se diffuser dans toutes les sociétés quelques soient leurs tailles.

http://www.essentiel-gestion.fr/profil/yann-kervennal/

Le communiqué en version pdf

3 méthodes budgétaires pour gagner en réactivité

Logo Les Echos

Se détourner d’un budget classique peut permettre à une entreprise de gagner en réactivité et en agilité stratégique. La preuve par trois.

La nouvelle en a ému plus d’un : Carambar, Krema, La Pie qui chante, La Vosgienne, Cachou et Michoko sont à vendre. Mais ce n’est pas tout, le groupe Mondelez inscrit la cession de ses marques les moins internationales dans une logique bien particulière : celle du « budget base zéro ». Le but du BBZ ? Ne pas reconduire mécaniquement les dispositions budgétaires de l’année précédente mais demander aux opérationnels de justifier chaque dépense engagée.

Après un retour en grâce suscité par la crise, la méthode BBZ – que chaque société peut adapter – tend à se pérenniser chez un nombre croissant d’entreprises, selon la revue américaine « CFO ». Un groupe tel que Mondelez, en introspection depuis 2014, non seulement se lance – sous la pression d’actionnaires exigeants – dans un plan de réduction de coûts de 3,5 milliards de dollars pour la période 2014-2018, mais a tout à gagner à parier sur le BBZ. « Dans un environnement de plus en plus concurrentiel, avec des marges toujours faibles, elle redonne aux entreprises une bouffée d’oxygène financier qui leur permet d’être mieux armées et plus inventives dans leur stratégie », souligne Marc Bertonèche, enseignant à Harvard, Oxford et HEC.

Lire la suite